Campagnes de lutte contre les nuisibles

 

Chenille du chêne

La processionnaire du chêne est un ravageur qui sévit en Europe centrale et du Sud. En France, elle est présente dans beaucoup de régions, notamment en Bretagne.

 

Les populations évoluent par gradation, l’insecte peut ainsi pulluler trois années de suite avant de voir le nombre d’individus baisser nettement.

Comment la reconnaître ?

Adulte

  • Ailes antérieures grises, plus claires à la base et des bandes transversales sombres diffuses ;

  • Ailes postérieures blanchâtres.

 

Chenille

  • 40 mm de longueur ;

  • Gris clair, avec une bande dorsale noire.

 

Cycle biologique et périodes de lutte

  • Nocturnes, les papillons volent au cours de l’été, de fin juillet à mi-août.

  • La ponte se produit en août : les chenilles passent l’hiver sous forme d’oeufs.

  • Les chenilles apparaissent en avril et se dirigent en procession vers les extrémités des rameaux où elles construisent des nids après 2 à 3 mois.

  • Elles s’alimentent jusqu’en juillet puis elles se nymphosent.

  • Ces nids peuvent être accolés au tronc, suspendus sous une branche ou installés au niveau des coupes d’élagage. Les adultes apparaissent 30 à 40jours plus tard.

 

Dégâts

consommation des feuilles mais pas des nervures. Outre l’aspect inesthétique, la défoliation

peut entraîner un affaiblissement des arbres voire leur mort en cas d’attaques répétées et importantes.

Risques

  • Les poils urticants de ces chenilles peuvent provoquer des réactions allergiques graves chez les humains et les animaux ;

  • La période de risque se situe entre mai et fin juillet.

 

Moyens de lutte

  • Destruction des oeufs sur l’écorce ;

  • Traitement biologique préventif, à base de Bacillus thuringiensis. Ce traitement s’organise en avril, dès l’apparition des chenilles.

  • Destruction mécanique des nids par le feu à réaliser avec une protection maximale.

 

Précautions à prendre

  • Ne pas toucher les chenilles, ne pas manipuler les nids.

  • Informer, et surveiller particulièrement les enfants durant les périodes à risques. La lutte individuelle n’est pas efficace, seule la lutte collective l’est réellement.

haut.png
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now